Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 octobre 2007 6 13 /10 /octobre /2007 17:45

 


 

 

 

 

«  Si tu trouves que c’est trop fort c’est que tu n’es pas un homme… »
 
Ouais ben justement les gars, je suis une femme et c’est trop fort.
 
Alors en résumé c’est un bon i³.

Insupportable, inaudible, inconsistant.
 

Mais je suis curieuse et je voulais tenter le truc. J’étais prévenue, ça allait booster.

Plop ! Plop ! Deux bouchons d’oreilles filtrant à 36 décibels et me voilà parée. 

J’avais déjà une idée après l’écoute de certains de leurs albums. Musicalement c’est assez peu original, mais bon, ça passe. Je me disais que la scène était peut-être plus leur domaine.

En fait ces gars compensent leur indigence musicale en balançant cinquante millions de décibels. 

Ce n’est pas bon. Ce n’est pas mauvais. C’est juste inconsistant.

Je connais dix groupes d’amateurs qui balancent plus que ça sans faire d’esbroufe. 

Les compositions sont faibles, sans originalité, pas du rock, pas du métal, non juste de la musique de magasin de moto pour vieux hardos.

Lemy a une voix de vieux roquet asthmatique, même pas puissante, limite juste, le charisme d’une moule, une présence scénique d’une pauvreté affligeante, je m’attendais à une bête de spectacle je n’ai vu qu’un vieux faux rocker mal fringué, fatigué et sans punch. Ce gars vient juste au turbin.

Son compère est un peu plus attachant, quelques bon soli, un peu plus de dynamisme, mais pas de quoi casser trois pattes à un canard.

Aller, une pas mauvaise impression du batteur dont j’attendais l’exhibition sur « Sacrifice », il assure bien même si ça tombe un peu comme un cheveux sur la soupe mais il fallait bien que quelque chose m’accroche dans cette soirée et la batterie étant mon instrument de prédilection (qui a dit que Portnoy est un rigolo au fait ?) 

Le show par lui-même… Et bien avec des moyens pareils on pouvait prétendre à mieux. Un jeu de lumières blanc/bleu/rouge en boucle sans aucune originalité, quant au mur de Marshal derrière les musiciens c’est du grand n’importe quoi. 

Dans les concerts je me place toujours devant la table de mixage, j’y ai donc le son le plus fiable et j’y suis à l’abri des bousculades. Cette fois ci un gentil gorille à la carrure impressionnante, mais plus petit que moi (ouf) me faisait barrage avec la foule.  

Public impressionnant d’ailleurs, le Zénith était plein à craquer. Ça allait du jeune métalleux venu pour se défoncer le crâne aux décibels au vieux motard qui ne se défonce plus à rien vu qu’il est déjà sourd comme un pot d’échappement.

 Quelques très beaux tatouages, des pogos gentillets dans la fosse, une ou deux godasses qui volent, des effluves de bière et de chichon mais pas plus que d’habitude.

Ah si ! J’ai découvert une nouvelle utilisation des téléphones portables. Ne vous évertuez pas à crier dans l’oreille de votre compagnon. Pianotez votre question sur le clavier c’est le dernier outils de communication du hardos en concert.

A un moment j’ai observé le travail des sonorisateurs. L’un deux portant un casque. Je vous flanque mon billet qu’il écoutait « Systematic Chaos » histoire de se faire des vacances. 

J’aime bien ce genre de soirée. J’y viens un peu comme une ethnologue. Je me mets dans ma coquille et j’observe à défaut d’avoir du plaisir à écouter le concert. 

Je suis venue. J’ai vu. J’ai vaincu

 

 

Bon vous imaginez bien que j’ai compris que si MOTÖRHEAD rempli les salles depuis tout ce temps c’est qu’il y a des raisons.

Reste à savoir quelles sont ces raisons et quelles sont mes raison de ne pas aimer ce genre de spectacle.

 

Je vais reprendre un peu plus en détail.

  * L’attitude scénique de Lemmy.


Ce gars est âgé. Il est statique sur scène. Campé sur ses deux pieds, il exécute sa musique, sans fioriture, son corps ne joue pas. Dans le genre momie il est super réussi même si les doigts ne tricotent pas trop mal (bien que ce ne soit pas à proprement parler un bon musicien). Il ne vit pas sa musique. Je ne l’ai pas vu à 20 ans mais j’imagine qu’il devait tout de même plus remuer quand il était plus jeune.
Quand je lis que c’est « classe » d’arriver sur scène le clope aux lèvres ça me fait doucement rigoler.
La cigarette vient juste d’être allumée en coulisse et il la jette au bout de trois bouffées, mais ça fait parti du « show »…
Quant à son image d’alcoolo c’est complètement photographié, c’est du vent. Vous tous ici savez très bien qu’il est quasiment impossible de jouer bourré en groupe. Le spectacle est trop carré et trop bien rodé pour que ce soit crédible une minute. Si vous saviez le nombre de bouteilles de whisky que j’ai rempli d’ice tea en coulisse…
Mais bon, c’est son image, il la préserve, c’est du flan mais c’est l’image que le public a envie de voir. On va dire que c’est un bon commerçant.
Ses fringues. Rien de bien original non plus, quant à ses cheveux, gras de la même façon d’un bout de l’année à l’autre soit il a d’énormes problèmes hormonaux, soit il a un très bon gel.
Pour ce qui est de son charisme à l’exception d’une vanne en français tout se passe du côté de l’autre guitariste. Je maîtrise très peu l’anglais mais à part quelques « fuck bidule », « fuck truc », « that’s rock’n’roll » etc.… Rien.
Comme je l’ai déjà dit, ce gars est au boulot.

* La qualité musicale.

Dans ce style c’est assez quelconque. C’est du bon hard rock bien couillu certes, mais je n’ai rien entendu d’innovant. Je ne dis pas que ça ne l’a pas été à leurs débuts, c’était tout à fait dans la mouvance révolte des années 60/70.

Eclater les structures, se laisser aller à des pulsions violentes, improviser (ou du moins le faire croire), bousculer le bourgeois, se démarquer des vagues hippie et yéyé,  aller à l’encontre des compositions bien léchées des Beatles et autres rockers cravatés, permanentés et parés comme des perroquets chatoyants du moment était franchement audacieux.

Être les voyous, les mauvais garçons du style.

C’était franchement réussi pour l’époque mais depuis on a vu pire/mieux dans l’audace musicale.

A moins que les textes ne soient particulièrement signifiants, j’avoue ne pas avoir pris la peine de les traduire, mais j’en doute.

D’accord le public qui vient le voir ne s’attend pas à l’entendre chanter des vers de douze pieds, pas besoin d’être Ronsard ou Baudelaire ni même Brassens pour galvaniser les foules.

Pour ce qui est de sa voix, c’est un genre. Chanter rauque, par choix ou parce qu’on a tout simplement cette voix là peut plaire. Cela peut même apporter de la consistance aux textes et à la musique. C’est une personnalité musicale. Je ne m’attendais pas à écouter Pavarotti mais ça pourrait au moins ne pas déraper les trois quart du temps.

A mon goût c’est de la musique de vieux motards nostalgiques perclus de rhumatismes.
Pour moi, Le King était novateur, Bill Haley et les Comets, Gene Vincent, Vince Taylor étaient novateurs. Je ne reconnais à  Motörhead que d’avoir innové dans la distorsion. 

* Les lumières.

Quand j’ai vu la débauche de spots, je me suis dit ça va donner… Et bien non, là encore, aucune originalité. Je ne vais pas dire que c’est statique, il ne faut pas pousser non plus, mais hormis quelques incursions dans le public aux moments forts et à un seul et unique effet vert pendant le solo de batterie, ça passait en boucle sur trois couleurs, pas particulièrement en rythme d’ailleurs. Vu l’infrastructure du Zénith on pouvait s’attendre à mieux.

A noter qu’il n’y a aucun effet pyrotechniques. Je me demande si Lemmy n’est pas allergique à la fumée. 

* Le public.

Puisqu’il est là me direz-vous c’est qu’il aime.J’imagine qu’il y a peu de gens néophytes comme moi qui viennent à l’aventure uniquement pour se faire une idée.
Venir se défoncer au gros son ne me surprend pas, c’est exactement ce que je fais depuis 15 ans pour ne plus avoir mal à l’âme, ça vaut toutes les cigarettes rigolotes des jardins de Marie Jeanne. Mais là ça nuit à la musique. On ne plane plus, on est pulvérisé.
Tout est saturé, déformé, inaudible, douloureux.
Je ne me suis pas postée à la sortie pour observer les gens qui sortaient mais je parierais bien qu’ils devaient tituber. C’est un choix, je comprends, mais ce n’est pas ma came.


  * Les autres musiciens.

Le batteur rien à dire, il assure, même si je le mets en boite en le comparant à Portnoy. Rien à voir, ce sont deux styles, deux façons de jouer différentes. Les batteurs me fascinent donc je ne peux pas trop juger.

Pour ce qui est du guitariste lead c’est franchement lui qui fait le show. Il bouge bien, communique avec le public, amène le chef en avant tout en assurant bien son rôle. Un bon musicien. Vraiment.


  * Le son.

Voilà le gros du problème. Jouer trop fort n’a jamais été un gage de qualité.
C’est certainement un parti pris pour « hypnotiser », saouler le public, sur ce plan c’est parfaitement réussi, mais en aucun cas ça ne met en valeur les compositions.
Pour preuve : est-ce que vous-même écoutez MOTÖRHEAD le volume à fond sur vos platines ?
Un mur de Marshal en fond de scène c’est franchement ridicule. Ces musiciens jouent « aux retours » comme tous les musiciens.
Je peux vous assurer qu’il est physiologiquement impossible de supporter pendant toute une vie de spectacle le son infligé à la salle. Personne ne peut résister aux décibels d’un réacteur d’avion au décollage derrière soi pendant deux heures.
Les sondiers portent un casque, pas fous les gars. Le batteur aussi.
Le son balancé en salle était celui de la colonne d’enceintes de chaque côté de la scène.
Je ne dis pas que les enceintes sur le plateau sont factices mais je suis persuadée que ce ne sont pas elles  qu’on entend dans la fosse.
Un son trop fort tue la musique. A ce niveau là ça devient juste du bruit.


Set List Skew Sisikin

Shake Me
B4
Shoot Out Your Lights
Ridin`With The Devil
Jesus Of Cool
Living On The Redline
We`re An Institution
Hit You Harder
If The Walls Could Talk


Set list Motörhead

Snaggletooth
Stay Clean
Be My Baby
Killers
Metropolis
Over The Top
One Night Stand
I Got Mine
Tradegy
Sword of Glory
Chase Is Better Than The Catch
Rosalee
Sacrifice (+ solo Mikkey)
Just Cos You Got The Power
Going To Brazil
Killed By Death (+ solo Phil)
Iron Fist
----------
Whorehouse Blues
The Ace Of Spades
Overkill
Repost 0
Published by maynine - dans Mes concerts
commenter cet article
13 octobre 2007 6 13 /10 /octobre /2007 17:44
















SYMPHONY X.

Bien entendu j’ai un très très gros a priori pour, mais une prestation qui débute avec un son mal calé, ça craint.
Heureusement ces gars là sont de vrais pro, quelques glissades côté retours et ils récupèrent magistralement.
Nous avons droit aux quatre premiers titres de « Paradise Lost », intro comprise. J’en ai des frissons du bout des cheveux à la pointe des orteils.

* Oculus Ex Inferni.
* Set The Word On Fire.
* Domination.
* The Serpent’s Kiss.

Puis le groupe nous gratifie de “The Odyssey”, 25 minutes de pure folie musicale, breaks, solos à tout va, que du bonheur. Un cadeau au public parisien qui selon Russel Allen est bien entendu le meilleur du monde. A dire vrai, le public en fosse était vraiment très chaleureux. Les masques SX levés dans la foule en font foi.

Russel Allen, le charisme fait homme, est très en voix, le changement que j’avais constaté sur l’album se confirme, il est de plus en plus à l’aise dans les aiguës et il navigue à présent très confortablement sur un mode un peu plus guttural, son jeu s’en trouve bien plus « métallique ». Je dirais que c’est plus « viril ».
Michael Pinnella est superbe et parait très à l’aise malgré un son un peu fouillis, Michael Romeo, magnifique comme à Montpellier en 2002, ce gars est ahurissant de virtuosité, Lepond « bassise » comme un rail d’argent, solide, rassurant, indispensable et Jason Rullo dynamise l’ensemble comme d’habitude.
Je regrette toutefois la brièveté du set ( 45 mn ) et les lumières parfaitement kitsch. Bondiou !! SX n’est pas mauve/rose/bleu cul-cul-gnan-gnan … Surtout Paradise Lost qui est d’un vert/bleu somptueux.
Bien sûr je ferme les yeux pour installer mes couleurs mais bon.

A quand un éclairagiste synesthète… ?

DREAM THEATER.

Un feu tricolore suspendu aux cintres sur lequel cavalent des fourmis trône au dessus du public.

Rouge. Orange. Vert !!
C’est parti pour un concert de folie !

Set list:
* In the presence of enemies 1 et 2
* Strange deja vu
* Blind faith
* Surrounded
* Constant motion
* Dark eternal night
* Rudess solo
* Lines in the sand
* I walk besides you
* Take the time
* Ministry of lost souls

Rappel :
Trial of tears, Finally free, Learning to live, In the name of god, Ocatvarium.
(Je me suis dirigée vers la sortie à ce moment pour éviter le flot humain mais même de loin c’était grandiose.)

Dream Theater c’est l’imaginaire, l’inspiration et la folie alliés à la virtuosité.

Le groupe était en grande forme. Tout était réuni pour donner un très bon concert.

Ces gars ont vraiment le sens du spectacle. Tout est millimétré ; le son, les images en projection en fond de scène, les ombres, les couleurs, les mouvements des joueurs, les caméras qui font des gros plans sur les instruments aux bons moments et permettent d’apprécier le jeu de chacun.


C’est vivant à l’extrême. On est sur scène avec eux.

Les fourmis qui se baladent un peu partout en ombres chinoises sont complètement surréalistes, j’ai adoré. Enfin des gars qui ne se prennent pas au sérieux. La mise en scène aligne les clins d’œil aux comics américains, tout est là pour souligner leur musique. Un très bon travail sur l’écran. C’est PARFAIT.


Bien sûr il y a eu quelques pains que les détracteurs s’empresseront de dénoncer mais, fi des grincheux, la prestation est trop belle pour s’attarder sur les aléas du « direct ».

Portnoy était sublime comme d’habitude, peut être un peu moins clownesque qu’à Clermont Ferrand mais quel batteur mes aïeux… quel batteur !

J’ai tout aimé. La monté en puissance des morceaux, le côté plus heavy qu’à mon premier concert, Labrie, campé sur les planches, magistral, Petrucci souriant en alignant des solo étourdissants comme si de rien était, une technicité et un feeling impressionnants, Rudess qui s’est visiblement bien amusé avec son nouveau jouet surtout pendant son petit duel avec Petrucci, Mjung égal à lui-même, grand seigneur de la basse dont je n’ai absolument pas ressenti encore une fois la distance et la froideur légendaires.

Repost 0
Published by maynine - dans Mes concerts
commenter cet article
13 octobre 2007 6 13 /10 /octobre /2007 17:41
Déjà ça démarre à l’heure. Je ne reviendrai pas sur la sono du lieu, mais bon, cette fois-ci, vu que les groupes avaient leurs propres sono c’était correct. C’est comme ça, on sait à quoi on s’expose en allant dans cette salle.

Le premier groupe est déjà en place lorsque nous arrivons. Des jeunes locaux dont je n’ai malheureusement pas le nom. Pas du tout le style que j’aime, visiblement une de leurs toutes premières scènes, mais pas mal du tout. Ils y mettent leurs tripes et ça fait plaisir de les voir faire énormément d’efforts pour ne pas laisser transparaitre leur bonheur d’être là sur leurs visages.
(« on est des hardos, on est des méchants, mais bon le pied mec ! » )

Deuxième groupe : Society One
Alors là j’aurais franchement préféré ne pas me souvenir de leur nom . Du « death/thrash/nawak/morbido/j’ai piqué le rimmel de maman/speed/heavy/percing au bout des seins/tatouages/et tout et tout » . Du grand n’importe quoi. Dès le départ on sent que ça va virer provoc’ à deux balles. Manque juste que le chanteur se gargarise avec du sang et on aura la totale …
Le groupe type qui décrédibilise le métal. douteux ++
- S’il continue comme ça, il va finir à poil …
- Non … Tu crois ?
Ben ça n’a pas loupé ! Rien de plus ridicule qu’un mec (au demeurant hyper bien foutu, faut pas pousser tout de même ) qui baisse ostensiblement son ceinturon et qui finit bien évidemment par le baisser. Se dandiner sur scène en grimaçant et en éructant le pantalon en bas des chevilles ça fait super pro, si si … Navrant et pitoyable.
Si encore ça avait été bon musicalement, érotique ou même porno, non c’était juste exhibo de bas étage… Le jeune groupe d’amateurs assurait mieux qu’eux.

Troisième groupe. Superbe ! ORPHANED LAND.
La croisée de deux cultures. Tout ce que j’aime dans la musique. Du charisme, un plaisir délibéré de donner, des musiciens qui assurent, qui ont une vraie présence scénique. Ce chanteur est magnifique !
Tous sont complices et font participer le public. Un jeune claviériste au sourire resplendissant, visiblement heureux de jouer et d’être là.

Dernier groupe : PARADISE LOST
Je m’attendais à quelque chose de mythique. C’est beau, bien joué, le public est partant, toutes les conditions sont là pour avoir une belle prestation, mais voilà… ces mecs-là sont d’une froideur, d’un statisme à toute épreuve. Je suis ravie d’avoir vu le grand Nick Holmes, certes , mais franchement je m’attendais à plus de puissance.

En résumé je suis ravie d’avoir découvert ORPHANED LAND en live .
Repost 0
Published by maynine - dans Mes concerts
commenter cet article
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 22:22

Vous avez envie de sortir?
Un petit tour dans une boite de jazz ça vous dit?
Alors c'est parti!

Vous descendez dans une de ces boites discrètes et intimistes, dans une ruelle sombre par un soir de brouillard.
Vous vous installez au bar.
" - Et pour ces Messieurs Dames ça sera?"
" - Vodka glacée pour moi s'il vous plait."
" - Whisky single malt sec pour moi."

Un groupe se met à jouer tranquillement au fond de la salle enfumée, et là vous êtes littéralement envoûté!
Vous entamez un voyage comme vous en avez rarement fait. Mélange de jazz, de pop, de rock, avec des touches de Canterbury.
Ces gars jouent du soleil!  
C'est gai, ça swing, ça vous chatouille la plante des pieds, impossible de résister. Un véritable festival de flûte, clavier, saxo, clarinette, guitare qui se renvoient la balle avec virtuosité.
C'est tour à tour planant, dynamique, inspiré, doux, torride.
"In Earnest" vous séduit dès les premières notes, vous restez le verre en l'air. "Lost In London" vous y êtes, déambulant au rythme des zicos. "The sun In My Eyes" mama mia! Du feu je vous dis! " Diy Surgery" et "GPS Culture" déjantés, dissonnants, magnifiques.
Et le titre éponyme... mon Dieu.. 25 minutes de miel et de feu. Ce saxo est à perdre la tête...

Si vous ne tapez pas du pied en claquant des doigts c'est que vous êtes malades!!!

Et cette voix qui caresse, suave, troublante qui vous enveloppe... mmm.. que c'est bon. Pffiouu... fait chaud tout d'un coup. Faut dire qu'à force de se trémousser hein...  

" - Une autre vodka s'il vous plait!"  

Non d'une pipe! Quelle soirée mes amis. Quelle soirée! J'ai encore trouvé l'album du siècle moi.  

Repost 0
Published by maynine
commenter cet article
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 22:12
5418823.jpgC'est gai , plein de sensibilité , aérien , soul et jazzy . Impossible de rester tranquille en écoutant ce groupe !  
J'ai un pied dans ma mongolfière et l'autre déjà dans les nuages . 
Repost 0
Published by maynine
commenter cet article
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 22:07

144.jpgSensible . Expressif . Tour à tour doux et violent .
C'est déjanté juste comme j'aime , ça part dans tous les sens sans pour autant être trop fouillis . Il faut de l'attention pour suivre et en même temps on a vite fait de se laisser tout simplement couler avec les notes  .
En découvrant j'avais noté : " Doucement violent ou l'inverse peut être ? En tout cas d'un beau camaïeu de rouges sombres et profonds . "
  
Que du plaisir .  

Repost 0
Published by maynine
commenter cet article
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 22:02

HappyTheMan01.jpg" Tour à tour jazzy, symphonique, camelien, atmosphérique, mélancolique.
Subtilement jouée, une musique raffinée, mélodieuse, dramatique et élaborée qui évolue entre Genesis , Camel , King Crimson et Caravan.

... Superbe ! "

Repost 0
Published by maynine
commenter cet article
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 21:58

Ça démarre très fort avec une belle partie acappella . Une atmosphère étrange comme une ballade dans une grotte mystérieuse ... Puis ça explose dans un délire de guitare , de synté et de batterie qui partent dans tous les sens .
Mélange de force et de douceur . De folie et de technique .
Ce gars chante avec une conviction rarement entendue ( par moi , du moins ) .
Un superbe moment de prog!!

Repost 0
Published by maynine
commenter cet article
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 21:55

anima-copie-1.jpgC'est épique , dynamique , ça donne envie de sauter partout .
Une très belle voix , des mélodies à la fois élaborées et faciles à fredonner .
Ultra-mélodique et accrocheur.
A ne pas écouter le soir si on a l'intention de dormir .

Repost 0
Published by maynine
commenter cet article
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 21:50

anomaly.jpgIntense , complexe , jazzy , superbe !
Bleu très clair , avec plein de volutes blanches . Comme une ballade en plein ciel .
Du prog' comme je l'aime .  

 

Repost 0
Published by maynine
commenter cet article

Présentation

  • : MuSiQuEs Au BoUt D'uN PiNcEaU.
  • MuSiQuEs Au BoUt D'uN PiNcEaU.
  • : Parfois en fermant les yeux on entend des couleurs...
  • Contact

Peintanotes.

 

Quand la musique devient couleurs...

Si lorsque vous jouez sur un piano chaque note évoque pour vous une couleur.
Si chaque son s’affiche en vert, rouge ou légèrement bleuté de façon irrépressible et incontrôlable.

Si la musique vous prend par le bout des cils jusqu’à vous promener sur un arc en ciel en secouant des poussières d'étoiles.

Alors nous partageons le même trésor.

D’aucuns diront que nous sommes fous ou pour le moins illuminés mais vous et moi savons que ce « don » est magique. 

Recherche

Musichromie.

Un jour je me suis rendu compte que j'entendais en couleur.
Il parait que ça s'appelle la synesthésie.  

En Salles.