Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juin 2008 6 14 /06 /juin /2008 22:27

Un rêve d'altitude et de sérénité, mélancolique et brumeux navigant dans de hautes sphères comme un vaisseau en perdition.
Il est des voyages qu'on aurait envie de poursuivre indéfiniment, comme en apesanteur.
Imaginez vous délivré de toutes contraintes, affranchi du temps, tous sens abandonnés au plaisir du vol libre. Ceux qui ont déjà pratiqué ce sport doivent très bien voir de quoi je parle.

A écouter les yeux fermés pour mieux s'échapper sur ce mirage, au ralenti, happé par les spirales sanglotantes d'un violon magique et envoûtant...
Repost 0
Published by maynine
commenter cet article
22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 14:40

TRASHED.

Un groupe de thrash sympa, très jeune. Plop ! Plop ! Deux bouchons d’oreille et on y va. Ce n’est pas à franchement parler ma tasse de bergamote mais ils se débrouillent fort bien.


AESTHESIA.


La découverte ! Vous entendrez parler de ce groupe croyez moi. Ils sont pro jusqu’au bout des clés de guitare, dynamiques, inventifs, talentueux, énergiques, bref ils ont tout ce qu’il faut pour se tailler une belle place dans ce style.

Une véritable fusion sur scène, un plaisir évident à être là. Chacun tient son poste avec maîtrise. Un batteur solide comme un rock, deux  guitaristes aux personnalités totalement opposées, Buster Kitton à ma droite ( au visage absolument figé mais étourdissant de rapidité) et un grand gaillard complètement déjanté à ma gauche (courant d’un bout à l’autre de la scène dévorant la musique à dents de carnassier viking).

 Une mention toute particulière pour le bassiste, véritable tourbillon au sourire et au regard  pétillant  et au chanteur aussi talentueux sur scène qu’a tenir le crayon pour réaliser le clip promo. Il y a des gens comme ça qui ont l’art dans la peau.

Vraiment chapeau bas messieurs.

 

Et enfin BONESHAKER !!!


C’est du Rock ! C’est du Roll ! C’est du Rock' N Roll ! Du vrai. Du bon. Du vrai bon.

J’ai adoré. Tout.

Ils sont complètement fous. Une "WILD " bande palois de potes qui aiment le Rock’N’Roll.

 Dites vous bien que ce que vous avez entendu sur leur album n’est rien à côté de ce qu’ils offrent sur scène.

Et quand je dis « offrir » c’est bien le mot. Ils sont généreux, gais, complices et respectueux du public.

N'hésitez pas à visiter leur site.

link

 

 

Repost 0
Published by maynine - dans Mes concerts
commenter cet article
8 mai 2008 4 08 /05 /mai /2008 15:43
Une musique étonnante. Pas inquiétante, non, juste singulière.

C’est exactement ce qu’on entend le soir au bord de l’endormissement. Tout ce qui nous entoure s’embrouille, les sons et les formes deviennent flous. Nous sommes en milieu connu, tout devrait nous être familier et cependant un monde étrange envahi progressivement notre tête.
La journée passée s’ensable, les images deviennent troubles, les sons étouffés, comme venu d’ailleurs.
Nous identifions tout parfaitement mais cela ne nous appartient plus. Des instants de lumière intense succèdent à des moments de brouillard, et ce, à un rythme qui s’accélère au fur et à mesure que la musique nous pénètre.
Chaque cillement de paupières nous entraîne vers un monde onirique et étrange. Nos oreilles se remplissent d’eau, éloignant le tumulte de la journée pour nous noyer confortablement dans un monde sans apesanteur.
Des bribes lointaines de musique de fête foraine nous accrochent encore un peu au sol mais les chevaux du carousel s’échappent et s’envolent sur un escalier de harpe et de violons nous entraînant au passage.
Des silhouettes fantasmagoriques et bizarres encerclent le lit, nous prennent la main, et nous partons explorer ce monde parallèle, en confiance, comme s’il nous appartenait.
Le temps est en suspend… Il suffit juste de fermer les yeux une seconde de trop et tout bascule dans un autre univers, parachronique, anachronique, on ne sait plus, mais assurément décalé d’à peine un instant.
Très beau moment. Doux et apaisant pour peu qu’on ait la faculté de se laisser engloutir sans résistance.
Un mélange de musique expérimentale, de bande son de film muet, un peu de Pop, un peu de Rock, un soupçon de metal, de bosanova et de tango.
En fait un méli-mélo improbable de sons,d'instruments et d'ambiances avec des airs de fête foraine ou de camp tsigane qui naviguent entre l'inquiétant et le baroque.
On a une impression de vieux coffret à musique poussiéreux, boite de Pandore ouverte par hasard dans un grenier et d'où surgissent une flopé de pantins désarticulés macabres et drôles.
Une musique vieillotte diaboliquement attachante, étincelante sous les toiles d'araignées.

Repost 0
Published by maynine
commenter cet article
25 avril 2008 5 25 /04 /avril /2008 21:39
Très étonnant...
On s'attend à tout sauf à ce type de voix quand l'album commence. C'est assez surprenant mais ça colle très bien ma foi.
Résolument grenat, puissant, rageur et tout de même très mélodique.
Les parties violon, (alto et violoncelle aussi il me semble) donnent l'impression de déchirures, d'un rouge plus vif et douloureux. C'est le point fort de cette musique.
Les choeurs d'hommes sont assez singuliers, surtout avec la reprise d'un chant de la guerre civile racontant les campagnes de l'armée soviétique (Plaine, ma plaine) mais l'ensemble est parfaitement coléreux et martial.
Il y a tout de même un certain manque de cohésion sur la longueur. Les couleurs ne sont pas parfaitement harmonieuses. Les voix féminines (vert acidulé) s'intègrent assez mal dans cette atmosphère dramatique. Mais peut-être est-ce un parti pris délibéré pour surprendre et tenir en haleine.
Le titre éponyme est un petit bijou atmosphérique, planant, étrange, mystérieux, décalé, d’autant plus incongru qu’il est suivi d’un morceau de furie, belliqueux en diable, quasi apocalyptique,(Varen’Ka). Difficile de ne pas frémir en entendant ces cloches résonnant du fond de l’enfer dans une tourmente effrayante.
Cette musique est plus que douloureuse. Elle est angoissante, poignante, éprouvante.

Un véritable cauchemar aussi acéré et efficace qu’une lame. Qui vous laisse accablé, pantelant, bouleversé, l’âme endolorie et meurtrie.
Repost 0
Published by maynine
commenter cet article
22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 22:25
( Ceci est une traduction à l'emporte-pièces des chansons.)

Et vas y que ça démarre par des vrombissements de motos…
A côté Mad Max c’est de la balade pour grand-mère.
Mais bon, les loubards hein on sait comment ils sont. Des gros durs au cœur de guimauve toujours en quête d’amour absolu. Ils enfourchent leur bécane, allument un pet’ et foncent le samedi soir parce que la vitesse ça efface les larmes.
La vie d’un loulou c’est comme une rivière, ça se heurte aux cailloux, ça s’égratigne le blouson, ça se répand en longs sanglots déchirants de guitare quand il perd ses amis, c’est pas marrant tous les jours !

Mais heureusement il a LE ROCK’N ROLL ! Tous les motards sont des stars du Rock’n Roll.
Pas besoin d’une gratte sur le dos, ils ont le Rock’n Roll dans la tête, bien planqué sous le casque.
Ils parcourent leur vie comme des robots. Rugissant comme leurs machines. Fous et furieux sur l’asphalte. Beaux et fragiles dans le vent du soir, sans ami, quand les randonnées sous le soleil deviennent de plus en plus fatigantes pour leurs vieilles bécanes et leur dos saccagé par la route.
Seuls avec leur vérité.

Mais chut... Ça il ne faut pas le dire hein… Les motards sont des durs et puis c’est tout !
Même si cet album est plein de musiques qui sanglotent.
Repost 0
Published by maynine
commenter cet article
16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 22:34

 

Nostradamus… Ce nom évoque le mystère, un laboratoire étrange et inquiétant, l’inquisition, les prédictions, la pierre philosophale et l’alchimie.

Et de l’alchimie cette musique en est et un exemplaire des plus parfait.
Si vous aimez voyager au travers du temps et des genres musicaux vous serez comblés.
Un opéra-rock soutenu par un orchestre symphonique qui narre la vie d’un des personnages les plus énigmatiques de l’histoire.
Véritable pièce dont les acteurs/chanteurs sont Göran Edman, Glenn Hugues, Jorn Lande, Joe Lynn Turner, Doogie White, Sass Jordan et Alannah Myles.
On navigue de rock à soul en passant par des pièces totalement classiques, lyriques, du heavy, du prog, à un rythme effréné sans être pour autant brouillon.
Chaque titre s’assemble harmonieusement au suivant, maintenant l’attention d’une façon magistrale.
C’est grandiose sans être grandiloquent, inspiré sans être précieux, majestueux sans être pompeux, romantique sans être mièvre, bref c’est une œuvre parfaitement équilibrée.
Je regrette cependant que le livret soit en anglais mais avec un peu d’imagination on s’en sort très bien pour suivre l’intrigue.
Si vous ne connaissez pas offrez vous ce morceau de bravoure vous passerez une soirée d’histoire fabuleuse.

 

Pierre de Nostredame a trouvé au-delà des siècles un bien talentueux narrateur de sa vie en la personne de Nikolo Kotzev.

Repost 0
Published by maynine
commenter cet article
16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 13:33
Voilà une musique comme je les aime.
Juste symphonique comme il faut avec de très beaux choeurs et une chanteuse qui, quoique ayant un registre lyrique, ne tombe jamais dans le mièvre ampoulé. Elle me fait assez penser à Elisa C.Martin dans Fairyland avec un petit plus féminin dans le timbre.
Vous en apprécierez particulièrement la richesse dans le dernier titre acoustique de l'album "Time Of Fantasy".
Celà doit certainement être une histoire fantastique de dragons et de princesse sauvée par un preux chevalier car on évolue dans une atmosphère médiévale, un poil nordique, un poil "rhapsodienne" mais traitée de façon beaucoup plus moderne.
C'est plein de cavalcades héroïques de guitares et de percussions bondissantes, d'envolées épiques et boutefeu, de promenades à califourchon sur une forêt d'archets et les pas noirs et blancs d'un clavecin romantique à souhait.
Un agréable moment d'aventure au pays des troubadours et d'une Mélusine apparemment douce et soumise mais nous réservant toute la détermination, la force et le mystère des fées serpentines.
Repost 0
Published by maynine
commenter cet article
15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 17:11













PAIN

C’est sympathique, énergique, carré, mais je n’adhère pas particulièrement. 
Vous connaissez les fresques représentant l'au delà dans les cathédrales?
Et bien cette musique est pareil.
Terrible, inquiétante, lugubre, noire et feu comme l'enfer.
La mort dans ce qu'elle a de plus attirant et repoussant à la fois.
Violente, abrupte, mystérieuse, fascinante.
Il s'en dégage une force inouie, magnifiquement terrifiante. Puissante et funèbre comme une tornade noire, techniquement pointu comme les fourches de Satan.
Un monument  massif comme du roman, acéré comme du gothique flamboyant.
  Ça me fait terriblement peur. Mélange de glace et de feu.

Une belle entrée en matière qui prépare bien à ce que tout le monde attend visiblement avec impatience…






NIGHTWISH ! ! !

Je ne connaissais pas plus que ça et c’est un tord. Je n’ai pour excuse que d’avoir encore trop de musiques à découvrir et seulement 24h dans chaque journée.

Ils sont magnifiques.

J'ai vu ce concert de loin, tout en haut, même si cela est frustrant de ne pas voir les musiciens de près c'est très certainement ce qui m’a permis de ressentir une foule comme rarement je l’avais fait.
Je n’avais aucun a priori ne connaissant pas le NIGHTWISH pré-Anette. Aucune comparaison possible et c’est tant mieux.
Ça a tout simplement été un grand moment.

Imaginez un tout petit bout de bonne femme vêtue d’une jupette noire, d’un collant rouge et de bottes noires.
Une Peter Pan féminine.
Cette fille dégage une énergie, une espièglerie, une force et une vivacité incroyable.
Un lutin doublé d’une rockeuse qui mène son public par le bout du nez. Qui court d’un bout à l’autre de la scène, sautille, headbang, danse, apostrophe le public, sans perdre une seconde la maîtrise de sa voix.
Tarja assurait plus dans les aigus, dans le souffle, dans la prestance?… Foutaise !
Anette est subtile, charmante, séduisante, dynamique, enjouée, drôle, talentueuse, magnifique.
J'aurais bien aimé connaitre le NIGHTWISH "Tarjien". Là je ne peux pas me rendre compte.
En tout cas ça doit être sacrement difficile de subir cette pression pour une artiste.
Toujours est-il que Anette a une personnalité, un charisme, c'est indéniable.
Ses acolytes semblent tout à fait à l'aise avec elle. Après, savoir si le groupe y survivra juste le temps de laisser passer la curiosité des comparaisons je n'en sais rien mais ça serait dommage. Ils me plaisent bien comme ça.
Je les trouve "modernes".
Anette a du cran.
Il y a une complicité évidente entre le groupe et elle. Une complémentarité, une fraîcheur dans les échanges, les jeux de scène, un bonheur à être ensemble, totalement palpables.
Et le public ne s’y trompe pas.
J’ai vu des foules ferventes, de cette ferveur un peu dérangeante proche de l’hystérie, excitées, soumises béatement.
Là, le public était émotionnellement présent, admiratif et fusionnel.
Ce véritable océan humain vibrait avec le groupe en de longues vagues de bras levés parsemées d’une multitude d’étincelles d’appareils photos et de briquets levés comme autant de feu follets répondant au feu d’artifice de la fée mutine sur scène.
Il y avait quelque chose d’exceptionnel, d’intemporel et de magique dans cette communion qui donnait des frissons partout.
Mais n’allez surtout pas croire que ce concert était guimauve !
Il était d’une énergie folle, théâtrale, mêlant le hard, le rock, le folk, le symphonique en un tourbillon étourdissant de punch. Des effets pyrotechniques diffusés à propos, de grandes flammes, des feux de Bengale, des projections de neige carbonique, et une apothéose de papillons jaunes s’envolant des cintres pour le final.

La playlist ? Euh… Je n’en sais fichtrement rien et à vrai dire ce n’est pas important.

C’était avant tout un très bon concert et une bien belle soirée.
Je suis totalement acquise, conquise, charmée.
Repost 0
Published by maynine - dans Mes concerts
commenter cet article
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 13:44
Le titre complet est en fait "Vision Of Eden - The Lilith Project – A Barbaric Romantic Movie Of The Mind". Rien que ça.
Un album concept d'inspiration biblique racontant la sombre histoire de jalousie, vengeance, enfin des trucs pas beau quoi, de Lilith, première compagne de Adam ( ben ouais, Eve était la seconde, non mais j'vous jure... on ne peut plus se fier à rien. Non content d'être une pantoufle obéissant à Eve en croquant la pomme alors que ce type n'était certainement pas végétarien, il n'avait aucune suite dans les idées et refilait ses côtelettes à Dieu à tire larigot avant de se décider. Et c'est notre grand père à tous ça... Pffff...)
Bref. Ce n'est pas une histoire rigolote mais c'est très agréable à écouter. Bien speed, bien heavy, tout à fait adaptée à l'histoire. Un poil grandiloquente mais ça ne nuit en rien.
De bien belles mélodies facilement mémorisables qui font taper du pied et dodeliner du chef.
Repost 0
Published by maynine
commenter cet article
9 avril 2008 3 09 /04 /avril /2008 17:14
"Penumbra Diffuse" c'est compliqué.

Enfin... c'est compliqué si on essaye de l'analyser.
Ça part dans tous les sens avec une multitude de breaks, de changements de rythmes et de non-mélodies plus hermétiques les unes que les autres. C'est dissonant, enchevêtré, et très certainement élaboré selon un plan écrit à l'encre sympathique totalement incompréhensible.

 Metal? Free Jazz? Rock? Prog?  World music? Influences ibériques? Parfums d'Orient?
De l'instrumental de toute beauté. Ethéré, Etonnant, Captivant. Intrigant. Hypnotisant... 
On ne sait où donner des yeux et des oreilles tant il est riche d'invention et d'originalité. Une pléthore de passages atmosphériques entrelacés, vibrants, extraordinairement brillants. 
Impossible de ne pas se laisser submerger, emporter. 

Impossible à analyser en fait. Alors à quoi bon?
On va le prendre par un autre biais.
Canvas Solaris il suffit de se laisser porter. De fermer les yeux. De s'imaginer dans un tambour de machine à laver, de se faire tout mou pour ne pas se faire mal, de se laisser ballotter sans retenue de devenir éponge pour absorber les notes, de s'en laisser imprégner jusqu'à perdre pieds et ça devient un pur moment d'ivresse et d'évasion.

A essayer seulement si on aime l’aventure.
Repost 0
Published by maynine
commenter cet article

Présentation

  • : MuSiQuEs Au BoUt D'uN PiNcEaU.
  • MuSiQuEs Au BoUt D'uN PiNcEaU.
  • : Parfois en fermant les yeux on entend des couleurs...
  • Contact

Peintanotes.

 

Quand la musique devient couleurs...

Si lorsque vous jouez sur un piano chaque note évoque pour vous une couleur.
Si chaque son s’affiche en vert, rouge ou légèrement bleuté de façon irrépressible et incontrôlable.

Si la musique vous prend par le bout des cils jusqu’à vous promener sur un arc en ciel en secouant des poussières d'étoiles.

Alors nous partageons le même trésor.

D’aucuns diront que nous sommes fous ou pour le moins illuminés mais vous et moi savons que ce « don » est magique. 

Recherche

Musichromie.

Un jour je me suis rendu compte que j'entendais en couleur.
Il parait que ça s'appelle la synesthésie.  

En Salles.