Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 20:55

ten-copie-1.jpgC'est absolument incroyable... Un démarrage à 100 km/h. Ça fuse dans tous les sens. Pas possible, ils ne tiendront pas ce rythme jusqu'au bout...
Imaginez un film qui aurait été tourné d'une voiture de rallye.
Le paysage défile à une vitesse folle. Les images s'enchaînent les unes après les autres, vertigineuses. Vous suivez le mouvement de la route en vous tenant avec peine à tout ce que vous pouvez brinquebalé sur la banquette arrière.
Quelques lignes droites histoire de ne pas tout de suite mourir d'une crise cardiaque et ça repart de plus belle!
Du swing d'endurance qui vous catapulte, vous chahute, vous nettoie la tête dans une magnifique virée sur une route jazzo-hard-déliro-rock d'une technicité époustouflante!

Repost 0
Published by maynine
commenter cet article
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 18:07

thessera-copie-1.jpgUne musique fougueuse, dynamique, brillante, juvénile.
Un rythme fou dès l'ouverture, ça chahute dans tous les sens, on est d'emblée bringuebalé contre un mur du son par une batterie tonitruante et des guitares délirantes . Il va falloir s'accrocher pour tenir jusqu'au bout si le reste est du même tonneau...
Et il l'est !
C'est une succession de titres inspirés et rageurs. La voix est belle, juste, tour à tour accrocheuse ou velouté. Les parties clavier n'ont rien à envier au rythme fou imposé par les guitares.
Il émane de ce groupe une sorte de force farouche et déterminée, comme s'il voulait lancer un défi à la fois technique et inspiré.

C'est du concentré d'énergie!

Repost 0
Published by maynine
commenter cet article
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 18:00

Cryptic-Vision-Moments-Of-Clarity-copie-1.jpgDu rock-prog comme je l'aime, avec des violons magnifiques, un clavier somptueux, des envolées de guitares en veux-tu en voilà.

Une musique qui sécoute comme on boit un punch brûlant après une ballade par grand froid. Revigorant, rassurant, confortable.
L'intro est un pur moment de bonheur.
Et tout s'enchaîne naturellement dans le style Kansas, Spock'Beard, IQ, Yes, Asia, King Crimson ou Pink Floyd.

Flamboyant, vif, jaune éclatant. Les choeurs sont de véritables petites perles oranges. Ça pétille dans tous les sens.
Une très belle nape veloutée, plânante, reposante sur le 3eme titre, "Contemplation". La voix du narateur... La reprise du choeur... Somptueuse! J'adore!

Une musique élaborée, réfléchie, cristaline, d'une apparente simplicité, on en fredonne rapidement les airs, mais d'une efficacité et d'une perfection impressionnantes.
Vous avez envie de gaité, d'enthousiasme, de clarté? Précipitez vous là-dessus!

Repost 0
Published by maynine
commenter cet article
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 17:56

Un rock progressif fluide, agréable, bleuté.
Pas aussi typique de CAMEL que "Harbour Of Tears" ou "The Snow Goose", mais la même inspiration illuminée, la même voix veloutée et la même atmosphère.

Ce sont les titres intrumentaux qui m'accrochent le plus.

"Elke" est une splendeur blanche, somptueuse de douceur.
Si je ne devais retenir qu'un titre de l'album ce serait celui là.
C'est aérien, éthéré, léger comme un pétale de fleur de cerisier au printemps. Ce genre de musique que vous entendez juste au moment de sombrer dans le sommeil.

"Skylines" vous prend sur ses ailes juste après l'endormissement et vous balade très haut au rythme d'un avion imaginaire dont vous chevauchez la trainée de vapeur blanche signant le ciel de son passage.

Quant au titre éponyme il vous installe tranquillement dans le repos et le rêve. Un pur moment de félicité.

Les autres titres sont peut-être un tantinet plus commerciaux, plus radiophoniques, mais bon, j'adore. C'est souvent à la limite du jazz et du rock-prog.

Blanc-bleu clair.

Repost 0
Published by maynine
commenter cet article
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 17:37

Soulrain21.jpgImaginez une plage, ravagée par la tempête. Immense. Sombre.
Un énorme orage qui gronde à l'horizon. Les éclairs entre les nuages qui strient le ciel de blessures épouvantables.
Le vent froid. Les embruns qui enveloppent en bourrasques le paysage d'un voile froid et lugubre. Des rochers noirs et acérés battus par des vagues monstrueuses.
Et seule, minuscule, agenouillée sur la grève, une femme.
Prostrée en une longue, douloureuse, insoutenable prière.
Elle attend. Un fils, un époux, un père, je ne sais pas. Mais je vois toute une vie défiler, mélange de joies immenses et d'espérances poignantes. Un déchaînement explosif de sentiments forts et tourmentés.

Cette musique est une vie en suspend.

Elle me fait irrésistiblement songer à ORPHANED LAND. Elle en a l'ardeur, la sincérité, la violence tumultueuse. Un côté indéniablement oriental, plein, vrai, exalté, expressif à l'extrême. Ces voix vous déchirent l'âme comme les femmes grecques se déchiraient le visage en attendant leurs hommes après la tempête.

Somptueuse, brillante. Rouge, orange et jaune, flamboyante et ardente comme de la braise.

Repost 0
Published by maynine
commenter cet article
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 17:32
B000FGFUMC.01.MZZZZZZZ.jpg

Décidément WASTEFALL est vraiment grec.
Dès le début on peut imaginer quelque moine chantant en haut d'un météore dans la vallée du Pinde. Cette introduction a cappella est absolument grandiose.
Je ne veux pas dire que nous avons à faire à une musique folklorique mais tout est tellement typique, singulier dans cet album qu'il se démarque de tout ce que le prog a pu vous donner à voir.
Ce n'est que succession d'airs qui ressemblent à du traditionnel grec mêlés à une combinaison très élaborée de rythmes heavy, prog, voire jazzy extrêmement dense et complexe.
J'ai lu quelque part que WASTEFALL fait du "prog metal ouzo", je trouve l'image charmante et très juste.
On a rarement vu une telle harmonie entre passé et présent.
Tout s'enchevêtre de façon parfaite.
Comme Soulrain 21 cette musique est somptueuse, déchirante, pleine de sincérité.
Noire et safran, vibrante, palpitante et tragique comme du théâtre antique.

Repost 0
Published by maynine
commenter cet article
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 17:24

cob-hcd.jpgcob-hatebreed.jpgUn besoin impérieux d'énergie m'a fait ré-écouter des vieilleries.
Bien sûr il y a cette voix si particulière que je n'aime pas d'ordinaire. Mais là c'est exactement ce qui convient à la puissance de la musique.
C'est d'une technicité impressionnante sans être pour autant tape à l'oeil.
C'est direct, fluide, magistral, agressif, dynamique en diable.
Ça en met plein la tête!
La faucheuse a intérêt à courir vite si elle veut rattraper ces gars là.

Repost 0
Published by maynine
commenter cet article
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 17:18

Bardo.jpgLe soleil harassant vous cueille dès le premier titre.

Imaginez une luminosité aveuglante, blanche, éblouissante, de celles qui vous font plisser les yeux au maximum en sortant d'un endroit frais et sombre, qui vous assomme et vous étourdie d'un bloc.
Ça tourne…
Votre cœur tape la chamade au rythme de la batterie, un air légèrement oriental vous enveloppe et vous attire comme la musique d'une flûte fait sortir un serpent à sonnette de son panier.
Enfin de compte il ne fait pas si chaud que ça, on s'acclimate très bien, les yeux s'habituent et le corps s'accommode.

Ça sent l'orange et la poussière.

Sur cette terre où tout semble langueur et douceur on est surpris de croiser au détour d'une place inondée de lumière l'ardeur exubérante de l'Orient. Ses couleurs somptueuses, violentes, safran et carminées, ses parfums aiguisés de musc et de gingembre.

Une Inde mystérieuse, séduisante, radieuse qui vous enveloppe dans les voiles insaisissables et fascinants de ses mélopées, où les ombres parlent aux statues mangées de verdures exubérantes, où les animaux sont sacrés et où des hommes sages à demi nus méditent, impassibles et majestueux de modestie, comme si l'esprit du temps et l'éternité leur appartenaient.

J'aime cette "musique-voyage" aux portes de l'Eden, blanche et or, qu'on écoute en un demi songe, légère, ronde, équilibrée et paisible qui fait oublier l'instant et les désordres du monde.

Repost 0
Published by maynine
commenter cet article
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 17:15

B000FAPH6C.03.MZZZZZZZ.jpgC'est une musique extrêmement convaincante. Elle vous attrape au ventre en moins de deux.
Non comptant des musiciens d'une très grande qualité (le guitariste joue réellement avec ses tripes, quant au batteur il tient le rail magistralement), une voix absolument fascinante (qui me fait un peu penser à Lande par moment), il y a une Ambiance.
On entre dans une histoire. Je ne sais pas laquelle, je ne comprends pas le texte mais il est impossible de s'en décrocher sans avoir été jusqu'à la fin.
J'ai rarement entendu une musique aussi complète, aussi "léchée", pointue, perfectionniste, sans être lourde. Elle est mémorisable d'emblée, on peut fredonner dès la première écoute, les soli de guitare vous vrillent les oreilles et impossible de ne pas scander en même temps que les chœurs.
Il y a la fois quelque chose de confidentiel et d'exalté tout au long de l'album. On passe tour à tour de véritables bombes de fougue et d'énergie avec "I Am Alive" ou "The Flight" d'un jaune aussi éblouissant qu'une armure au milieu des feux d'une bataille à un "Nothing" d'une poésie à vous arracher des larmes où la mélodie est d'un bleu resplendissant.
En un mot comme en cent j'adore.

Repost 0
Published by maynine
commenter cet article
30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 14:44

sylvan-presets-large-small.JPGDès qu'il s'agit de ce groupe je perds toute objectivité.
Cette voix me fascine complètement... J'ai toujours l'impression que Marco Glühmann a le coeur au bord des notes.
Certainement un des groupes où la basse a la plus belle partition. Essayer d'imaginer SYLVAN sans basse... Il n'existe plus.
Le chanteur s'appuie dessus, Sebastian Harnack sublime sa voix.
Tout est parfaitement harmonieux chez SYLVAN.
C'est une musique qui vole. Légère comme un parfum. Lumineuse comme un ciel d'été.
Vous savez, comme dans ces rêves où on marche à quelques centimètres du sol, où on passe au travers des branches des arbres, où on poursuit les nuages en chevauchant le vent et où les notes sont des étoiles qui conduisent vers un pays somptueux par un pas japonais qu'on effleure à peine...

Repost 0
Published by maynine
commenter cet article

Présentation

  • : MuSiQuEs Au BoUt D'uN PiNcEaU.
  • MuSiQuEs Au BoUt D'uN PiNcEaU.
  • : Parfois en fermant les yeux on entend des couleurs...
  • Contact

Peintanotes.

 

Quand la musique devient couleurs...

Si lorsque vous jouez sur un piano chaque note évoque pour vous une couleur.
Si chaque son s’affiche en vert, rouge ou légèrement bleuté de façon irrépressible et incontrôlable.

Si la musique vous prend par le bout des cils jusqu’à vous promener sur un arc en ciel en secouant des poussières d'étoiles.

Alors nous partageons le même trésor.

D’aucuns diront que nous sommes fous ou pour le moins illuminés mais vous et moi savons que ce « don » est magique. 

Recherche

Musichromie.

Un jour je me suis rendu compte que j'entendais en couleur.
Il parait que ça s'appelle la synesthésie.  

En Salles.